Qu’est-ce qu’un QI ou un profil hétérogène ?

Le terme « hétérogène » est souvent utilisé pour signaler la présence d’écarts notables entre les différents scores obtenus à un test de QI. Cependant, il n’existe pas de consensus sur ce qui constitue des écarts « notables ».

Beaucoup de psychologues qualifient un indice d’hétérogène dès qu’il existe une différence statistiquement significative entre les subtests qui le composent (de l’ordre de 3-4 points selon les subtests). Ils qualifient le QI d’hétérogène quand il existe une différence statistiquement significative entre les indices (de l’ordre de 10-15 points selon les indices). Une différence est « statistiquement significative » lorsqu’elle est assez grande pour avoir très peu de chances de résulter d’erreurs de mesure. Elle a alors de grandes chances de refléter de réelles différences de compétence chez la personne. Un inconvénient de mettre en avant ce type de différences est qu’elles sont très courantes dans la population, et généralement sans importance au plan clinique. La majorité des variations correspond simplement à de plus ou moins grandes facilités pour certains domaines plutôt que d’autres, parfois amplifiées par un investissement supérieur dans un domaine préféré.

En conséquence, un qualificatif « hétérogène » basé sur un seuil de significativité des écarts, n’a pas grande utilité. De plus, il concernera la grande majorité de la population. Il serait donc plus utile de réserver le terme « hétérogène » à des écarts plus importants, donc plus rares, et de parler de degré d’hétérogénéité plutôt que d’utiliser un qualificatif binaire, homogène versus hétérogène.

Quelques repères chiffrés1 : dans le WISC-V français4, seuls 38,9% des sujets ont un QI « homogène » (aucune note ne s’écarte significativement de la moyenne des subtests constituant le QI). Ce n’est qu’à partir de trois notes s’écartant significativement de la moyenne que les profils deviennent plus rares (7%). Au niveau des indices, seuls 30,5% des sujets ont des indices tous « homogènes » (pas de différence significative entre les subtests). Enfin, seuls 34,8% des sujets n’ont aucun écart significatif entre leurs indices.

Plus d’informations sur les écarts entre scores de QI.
Vous souhaitez connaître le degré d’hétérogénéité de votre profil ? Je peux faire ces calculs pour vous.

  1. Grégoire, J. (2019). L’examen clinique de l’intelligence de l’enfant : Fondements et pratique du WISC-V. Mardaga.